48H

48H est une gamme de sacs de tailles moyennes conçue pour transporter le strict nécessaire. En déplacement, le sac convient pour un séjour de deux nuits. Lorsqu’il est replié, le sac s’utilise comme une sacoche ou est prêt à glisser dans la penderie.

Lorsque j’étudiais le design à Paris, je n’avais pas de sac au format intéressant à jeter sous la table qui puisse contenir et protéger toutes mes affaires. De plus, je souhaitais un sac prêt à partir pour deux jours de voyage. J’ai observé dans la rue que beaucoup de poignées sont contraintes par un mauvais placement sur le sac lorsqu’elles sont portées sur le corps. J’aime beaucoup utiliser des sacs de voyages souples et à grand volume comme le pliage Longchamp ou les glacières souples pour des produits surgelés. Cependant ces sacs ne restent pas en place au moment de les remplir et leurs poignées ne sont, à mon sens, pas efficace à attraper.

FUJI8642

48H est un sac modulable. Il est d’abord un grand volume rectangulaire mais peut se mettre à plat pour être utilisé comme une sacoche. Ses dimensions sont conformes à la plupart des franchises de bagages à main. Le mécanisme de pliage est rendu possible par les propriétés de souplesse et légèreté du tissu et une glissière cousue en arêtes du sac pour le maintenir à plat.

La première étape a été de trouver un patron et une structure souple, tout en gardant un volume gainé facilitant le remplissage. J’ai ensuite interrogé le placement des poignées permettant l’équilibre du sac et son ergonomie sur le corps. Pour une solidité durable, j’ai choisi de solidariser les poignées à la structure interne du sac. Après une vingtaine d’expérimentations, j’ai effectué les réglages nécessaires au pliage pour permettre différents scénarios d’usages. Enfin j’ai envisagé l’emploi de matériaux différents, qui conviennent aux manipulations et à l’utilisation durable du sac.

Economie circulaire

Les maquettes et premiers prototypes ont été réalisés par recyclage des matériaux et mercerie mis à disposition par la Réserve des Arts, à Pantin (93). Dans l’idéal, j’envisage une industrialisation éthique de ce produit basée sur l’économie circulaire en favorisant le recyclage des matières premières.

190710_5PlanchePROTO2